• Espérance

    En fait un texte par jour c'est un peu beaucoup, déjà pour moi à trouver, et en plus ce blog deviendrait vite trop grand et trop lourd!
    Un texte sur la guerre et l'espérance ... un monde où la haine devient la seule lumière ... horrible non?

    L'Honneur des poètes

    Les dents serrées

    Je hais. Ne me demandez pas ce que je hais
    Il y a des mondes de mutisme entre les hommes
    et le ciel veule sur l'abîme, et le mépris
    des morts. Il y a des mots entrechoqués, des lèvres

    sans visage, se parjurant dans les ténèbres
    il y a l'air prostitué au mensonge, et la Voix
    souillant jusqu'au secret de l'âme
                                  mais il y a
    le feu sanglant, la soif rageuse d'être libre
    il y a des millions de sourds les dents serrées
    il y a le sang qui commence à peine à couler
    il y a la haine et c'est assez pour espérer.

                                                          Pierre Emmanuel 

    (une ptite note de vocabulaire pour ceux qui ne lisent pas beaucoup : veule : qui manque d'énergie, mou)

    voilà, les textes c'est fait pour rêver, mais c'est aussi fait pour crier, crier sa haine et la douleur qu'il y a en nous.


  • Commentaires

    1
    Samedi 11 Novembre 2006 à 20:31
    Bonsoir
    Personnellement, je suis créateur de ce que je mets sur mon blog, et j'ai une préférence naturelle pour les purs créateurs. Mais lorsqu'il y a une vraie recherche qualitative, comme c'est le cas sur certains blogs, comme le tien. Recherche sur les titres, les textes et les images, qu'il existe un ton, une ambiance particulière, je considère cela comme de la création. Et je comprends très bien que plus d'un billet par jour te soit difficile à tenir. Bonne continuation.
    2
    Jeudi 23 Novembre 2006 à 20:37
    ...
    Image : La mort de Beleg, Ted Nasmith (inspiré du Silmarillon) ... rah, il m'a fallut une demi heure pour trouver qui était mort, ma mémoire n'est plus ce qu'elle était ;) Alors voilà : Turin Turambar est prisonnier des orcs, Beleg à L'arc de Fer, son ami tente de le libèrer mais, en brisant les fers, il lui blesse la cheville. Turin, se réveillant, croit avoir affaire à une nouvelle torture, il arrache l'épée de Beleg et le tue. Gwindor, un elfe évadé, ayant accompagné Beleg, sera témoin de la scène. Turin gardera l'épée, Gurthang, avec laquelle il mettra fin a ses jours longtemps après, victime de nombreuses maledictions.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :